— L'actualité à Picquigny —


Résultat du scrutin présidentiel à Picquigny

Courrier Picard 19/04/2017

PICQUIGNY 

La passerelle ouverte au public 

Ce week-end de Pâques, l’ouverture au public de la passerelle qui relie désormais le quartier de la gare à la base nautique de la Catiche et au quartier de l’EHPAD Mathilde d’Yseu a permis aux premiers passants d’apprécier l’esthétique de la réalisation et sa praticité. 

C’est désormais un nouvel itinéraire de promenade ou raccourci confortable pour les Picquinois pour se rendre dans les commerces implantés en sortie de ville. De l’avis des premiers utilisateurs, cette passerelle qui s’intègre parfaitement dans le paysage va vite devenir un point de passage régulier des touristes et riverains. 

Mais, attention rappelle le maire José Herbet, l’accès est exclusivement piétonnier, pas question d’y voir circuler des véhicules motorisés, ni même hippomobile. 

Il en va de la sécurité des usagers avec laquelle la mairie ne plaisante pas. 

 

 

 

Pour Jean-Paul Plez qui organise la fête des géraniums sur le site de la Catiche, la passerelle est une véritable opportunité.

Courrier Picard 19/04/2017

Quatre nouveaux appartements livrés 

DE NOTRE CORRESPONDANT RÉGIS SINOQUET

 

 

 

 

L'architecte, le maire et les artisans participent à la réception des travaux. Ici sous les combles au 2e étage des petits appartements douillets.

L’immeuble rue des Chanoines comporte des logements à l’étage. Et toujours une salle de réception au rez-de-chaussée. 

L’investissement de 270.000 € décidé par la municipalité pour réaliser quatre appartements dans l’immeuble de la salle des Chanoines augmente potentiellement le patrimoine communal. 

Les travaux de transformation de la salle des fêtes de la rue des Chanoines, commencés en septembre 2016 touchent à leurs fins.

Hier, mardi 18 avril, le maire, José Herbet entouré des artisans missionnés pour réaliser des appartements dans les espaces occupés dans le passé par l’association d’aide aux personnes âgées partie s’installer à Flixecourt, le cabinet d’infirmière et les greniers de l’immeuble, a participé à la réception du chantier organisé par M. Pascal Brassart et son épouse, architectes Amiénois, maîtres d’œuvre pour la réalisation des travaux.

Un emprunt sur vingt ans

Les quatre appartements de type T3 et T4, sont réalisés sur deux niveaux au premier et deuxième étage de l’immeuble. Ils disposent de surfaces habitables de 54 et 74 M². « Les locataires s’acquitteront de loyers de 350 et 500 € versés à la commune et serviront à rembourser le prêt. Nous avons obtenu des aides de la Fédération Régionale du Bâtiment et c’est financièrement une opération blanche sur notre emprunt de 300 000 € que nous avons obtenu au taux de 1, 25 % à la caisse d’Épargne et qui sera remboursé sur 20 ans », précise le maire qui ajoute que le cinquième logement déjà existant au rez-de-chaussée va être refait à neuf et sera reloué après que son locataire actuel a emménagé dans un T4 du premier étage. 

Quant à la salle de réception du rez-de-chaussée, elle reste parfaitement fonctionnelle, ayant été rendue indépendante d’accès pour ses occupants occasionnels et les nouveaux locataires de l’immeuble.

Fabrice BRÉZIN est décédé

 

Nous avons appris, hier, la triste nouvelle : Fabrice, ancien conseiller municipal de 2001 à 2008 vient de nous quitter à l'âge de 54 ans.

La maladie, qui, une première fois avait bouleversé sa vie dès avant la fin de son mandat de conseiller municipal,  revenue en force ces derniers mois, l'a terrassé en dépit de son courage à l'affronter.

José Herbet et tout le conseil municipal présentent à sa famille leurs condoléances émues.

Les obsèques civiles auront lieu jeudi 13 avril à 15 heures à l'ancien cimetière de Picquigny.

Étrange pluie de météorites sur le groupe scolaire

C'est un phénomène bien étrange qui c'est produit vendredi 7 avril à l'école de la vigne : une multitude de "météorites" multicolores s'est abattue sur la cour et les pelouses du groupe scolaire. De tailles diverses, ces étranges objets avaient en commun leur forme ovoïde... Les enfants étant en classe lors du phénomène, il n'y eut, fort heureusement aucun blessé. Bien loin d'être effrayés, les enfants se alors sont précipités pour les ramasser sous l'œil vigilant mais dépourvu d'inquiétude de leurs enseignantes.

Communauté des communes : les couacs de la fusion !

Celles qui veulent partir et celle qui voudrait rester

Si les quatre communes entourant Cavillon parvenaient à quitter "Nièvre et Somme", Cavillon n'aurait plus la continuité territoriale avec la Communauté de communes et serait obligé de rejoindre les dissidents.

Extrait de l'article paru le 9 avril fans le Courrier Picard

Nièvre et Somme : Lognon veut garder son pognon 

Cinq communes de l’ex-CCOA (Ouest Amiénois) veulent également changer d’adresse. Pour mémoire, cette petite intercommunalité avait été créée par des communes qui avaient peur à l’époque de se fondre avec Amiens et qui le regrettent aujourd’hui. Ferrières et Seux veulent rejoindre Amiens Métropole qui a donné son accord : «  Je suis à 7 km du centre-ville d’Amiens et à 20 km de Flixecourt  », explique Jean-Claude Billot (LR), également président des maires de la Somme.

Le Mesge, Fourdrinoy, Saisseval, veulent rejoindre Somme Sud-Ouest. « Nous avons un caractère rural. Notre pôle d’attraction, c’est Airaines, pas Flixecourt  », plaident les élus. Curiosité : si elles obtenaient gain de cause, ces communes emporteraient Cavillon avec elle, pour cause de continuité géographique ; Cavillon dont le maire, Jean-Philippe Delfosse, est vice-président de Nièvre et Somme et… ne veut pas changer de territoire. Bonjour l’ambiance !

Ces velléités ont provoqué une opposition immédiate, frontale et totale de René Lognon (PCF), le président de la nouvelle communauté de communes Nièvre et Somme qui ne veut pas voir disparaître des recettes fiscales (lire encadré ci-dessous).

Dans le Courrier Picard du 31 mars on a pu lire ceci :

Sachant que le RAM (réseau des aides maternelles), la maison éclusière, et la passerelle sont des projets et réalisations sur le territoire de la commune de Picquigny, le ton est clairement donné par le président de la nouvelle communauté de communes récemment baptisée "Nièvre et Somme". Je laisse le soin aux lecteurs d'en juger !...

J.P.Pierre

La passerelle sur la Somme est posée

Cliquer pour agrandir les photos :

Ce mardi, à 14h30, la passerelle enjambant la Somme a été posée par l'entreprise SOMMALEV de Saint Quentin La Motte (80).

Au terme d'une minutieuse préparation, la translation fut effectuée en quelques minutes et la passerelle posée au millimètre près sur les plots de béton destinée à la recevoir. Il faudra, bien entendu attendre encore un peu la pose des autres éléments, pour emprunter ce nouveau cheminement qui relie la rue des Quatre Moulins et la base de loisirs de la Catiche.

Voir la vidéo :

Patrice LENNE n'est plus

 

Les "Amis de la collégiale" et la municipalité de Picquigny viennent d'apprendre avec consternation le décès de Monsieur Patrice LENNE, domicilié rue des Templiers à Picquigny.

Patrice, féru d'histoire locale, mettait ses connaissances au service de sa commune. Il avait activement participé, récemment, à la rédaction du livret "Le Traité de Picquigny".

Patrice était en outre membre fondateur et trésorier des Amis de la Collégiale.

À Jocelyne, son épouse ainsi qu'à sa famille, nous exprimons nos condoléances émues.

Nettoyage de printemps au marais de Picquigny

Malgré la pluie et le vent, une quinzaine de volontaires se sont retrouvés samedi 18 mars dans le cadre de l'opération "Hauts de France Propres"
À peu près autant de sacs, soit environ 150 kg de déchets ont été collectés dont deux sacs de verres, une carcasse de scooter et un peu de ferraille. (une collecte moins abondante que d’autres années, ce qui est plutôt bon signe.)

Travaux importants au presbytère...

Depuis plusieurs jours, les employés municipaux ont entrepris la rénovation des abords de l'ancien presbytère : restauration d'un mur de soutènement le long du parking de la grotte et aménagement d'un cheminement piétonnier entre le parking et le bâtiment, qui va bénéficier d'un ravalement de ses façades avant que les travaux de restructuration intérieurs débutent en septembre. Rappelons que trois logements vont être créés dans la vaste bâtisse qui appartient à la commune, tandis que l'association paroissiale conservera ses bureaux au rez-de-chaussée.

...et sur le mur du vieux cimetière


Les employés municipaux sont sur tous les fronts : les uns s'activent à la restauration du mur de soutènement au parking de la grotte pendant qu'une autre équipe emmenée par Christophe Moniaux remplace les pierres de parement du mur du cimetière quelles infiltrations et le gel ont dégradées.

Une Saint-Valentin des amoureux de la danse

90 personnes de tous âges avaient répondu à l'appel de Jeannine Benoît ce mardi 14 février. Après un copieux couscous, les danseurs ont investi la piste de la salle polyvalente, emmenés par l'homme orchestre qu'est devenu notre ami Serge Carpentier qui propose désormais des sonorités nouvelles et une palette de danses élargie, ne se limitant plus au seul musette, pour la satisfaction des anciens comme des plus jeunes.

Toiture latérale de la collégiale : une convention tripartite

Ce mercredi 8 février, les délégués de la Fondation du Patrimoine sont venus signer une convention ayant pour objectif de mettre en place une souscription publique afin d’aider la commune à financer les travaux de restauration de la toiture du bas-côté nord de la collégiale de Picquigny dont le montant s’élève à 129 000 € HT. Cette convention formalise  la seconde coopération de la Fondation  avec l’association « les Amis de la collégiale » et la mairie de Picquigny, une première convention ayant été déjà signée en novembre 2010 pour  la réfection de la toiture du chœur.

La souscription auprès de la Fondation du Patrimoine permet une réduction d’impôt égale à 66% du montant du don ou à 75% pour les personnes assujetties à l’ISF.